En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés.
Mentions légales.
Texte à méditer :   Le constructeur de Linky, directeur Europe de la société Itron, a reconnu que le CPL ne s'arrête pas au compteur et se diffuse dans tout le logement, (débat "éco" de Sud-Ouest,  02/03/2016 - Cité Mondiale de Bordeaux. Constructeur de Linky, William Hosono                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                 
Texte à méditer :   Ce "non" d'un individu qui refuse soudainement d'obéir aux ordres affirme l'existence d'une frontière. La révolte ne consiste pas à repousser les frontières mais à les faire respecter.  Albert Camus                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                              
Texte à méditer :    "L'article L1321-1 du code général des collectivités territoriales prévoit qu'en cas de transfert de compétence à un EPCI, les biens permettant l'exercice de cette compétence sont seulement "mis à disposition", sans transfert de propriété." Maître Blanche Magarinos-Rey, avocate en droit de l’environnement   
Texte à méditer :   « Je vous prie de noter que les États membres ont toute latitude pour statuer sur ces questions..., ou la possibilité pour les consommateurs de ne pas adhérer au système. 11/08/2017 Jean-Claude Juncker, Président de la Commission européenne   
Texte à méditer :   L’Ordonnance de Référé du TGI de Grenoble interdit « à la SA ENEDIS d’installer le compteur communicant par Radio Fréquences, dit Linky dans le domicile » et condamne la SA ENEDIS aux dépens et dédommagements en application des dispositions de l’article 700 du code de Procédure Civile. " TGI Grenoble  20/09/2017   
Texte à méditer :   « Ce que l'on souhaite c'est que les techniciens qui interviennent (…) respectent la propriété privée, et si un client s'exprime lors du changement, respectent la volonté du client » Gladys Larose, relations publiques d’Enedis   
Texte à méditer :   "Si le client (...) nous oppose un refus (…) le client ne s'expose à rien (…) il n'y aura pas d'amende, pas de pénalité." Bernard Laurens, Directeur Territorial d'Enedis Bretagne   
Texte à méditer :  Le déploiement du compteur Linky ne doit en aucun cas être une contrainte imposée aux usagers et je vous demande de faire cesser ces pratiques qui contredisent ma volonté  S. Royal   
Texte à méditer :  "Il n'y aura pas de clients exclus du dispositif Linky, sauf ceux qui ne voudront pas ouvrir leur porte, parce qu'on n'est pas habilité à forcer la porte des clients qui ne voudraient pas nous ouvrir, ou qui résistent…" Philippe Monloubou, Président du Directoire d'Enedis  
Texte à méditer :   « Enedis, ... n’a pas le pouvoir d’imposer sa présence et tout usager peut s’y opposer et refuser l’accès à Enedis à son domaine privé. Enedis s’est ainsi engagé auprès de la Ville de Paris à ne pas forcer la main des usagers qui confirmeraient le refus de l’installation de Linky chez eux." Célia Blauel Mairie de Paris   
Texte à méditer :   Copropriété : La Fibre Optique (internet, TV,...) , implique obligatoirement un vote en Assemblée Générale. Pourquoi pas Linky ?   
Texte à méditer :   Jean-François Harinordoquy, Enedis Pays Basque, explique que la propriété privée est respectée par Enedis... Euh...   
Texte à méditer :   "Le refus de remplacement d’un compteur par un particulier est possible.  Bien entendu tout recours à l’intimidation ou non-respect de la propriété privée est inacceptable et le gouvernement condamne tout comportement de cette nature. " Nicolas Hulot   
Texte à méditer :   Tous les médias, affolés par notre défiance, "décryptent" à longueur de page et d'antenne ! Ils décryptent notamment la sécurisation inviolable de nos données, la solidité du cryptage des systèmes numériques... Mais chaque jour apporte son lot de vol de données et d'exploits de hacker... Décrypter l'indécryptable ! Indécrottables et indescriptibles médias !                                 
Texte à méditer :   Dans le cas où les sections de câbles ne sont pas adaptées aux nouveaux réglages, des accidents (feu) peuvent se produire le jour où le particulier fait la demande auprès d'Enedis afin d'augmenter la puissance de son compteur à distance pour répondre à des besoins en énergie plus conséquents (ex : achat d'un jacuzzi) Promotelec (signalé par Stéphane Lhomme)      
Texte à méditer :   "L'obligation (NdR :pour Enedis, pas pour les usagers) demeure. Après, les clients qui manifestent un refus peuvent le faire au titre du respect de la  propriété privée." Jean-François Harinordoquy, Enedis Pays Basque   
Texte à méditer :   Secrétaire d’Etat au numérique M. Mahjoubi 13 avril 2018 France Inter : "Il y a une procédure qui permet de refuser l’installation du compteur. Certains contestent en disant qu’elle est trop compliquée à mettre en place, que c’est trop dur de le demander, mais c’est possible."   
Texte à méditer :   Orthographe : Les compteurs communiCants espionnent en communiQUant nos données ; les fabriCants de chaussures gagnent leur vie en fabriQUant des chaussures. Les gaz suffoCants tuent en suffoQUant leurs victimes. Les arguments convainCants se valident en convainQUant l'interlocuteur... Les humains sont des êtres communiCANTS qui ont une vie sociale extrêmement riche  en communiQUANT avec les êtres vivants autour d'eux. Les attitudes provoCantes attirent l'attention en provoQUant des réactions outrées.Julien Constant   
Texte à méditer :   26/01/2011 - Philippe van de Maele, (alors président de l'ADEME) « Ce compteur n’a rien d’intelligent. Il n’apporte rien en ce qui concerne la maîtrise de la demande d’électricité. Et son modèle économique n’est pas d’une clarté absolue   
Texte à méditer :   J'en appelle au refus de l'achat d'objets connectés et de protocoles dits intelligents ; au refus de l'infiltration tous azimuts de capteurs, tels les compteurs Linky appelés à mémoriser nos gestes au sein de nos habitats. Ce qui est en jeu, c'est la sauvegarde des valeurs humanistes qui nous constituent. Eric Sadin   
Texte à méditer :   Le kVA (kilovoltampère) ne correspond pas exactement au kilowatt (kW). « On perd tous 13 % de disponibilité en termes de puissance », comptabilise Jean-Claude Defives, ancien électricien de Lauwin-Planque. un abonnement 6 kW (30A) qui devient avec Linky 6 kVA : 
                                                                       Avant Linky  
:   230 V     X   30  A    = 6900 VA (Watts)
                                                                       Avec Linky6000 VA    /  230 V     = 26,08 A   
Texte à méditer :   L'économie circulaire, ça ne tourne pas rond, mais comme une chambre à air crevée, ça fuit gravement ! Julien Constant   
Texte à méditer :   Arnaud Schneider, responsable Aquitaine Midi-Pyrénées du déploiement des compteurs de gaz Gazpar : nous respecterons le choix de chacun, et lorsque les particuliers appelleront GRDF, ils seront sortis du périmètre de pose.   
Texte à méditer :   Je limite mes consommations d'eau, de gaz, d'électricité, de bière, de carburant...Car je ne gaspille pas et ce, sans l'aide de machines, car, j'ai été éduqué ainsi. Julien Constant.   
Texte à méditer :   NdR : Si ma pensée se résume à celle d'un compteur "presque pensant", c'est que je suis dans le coma. Julien Constant   
Texte à méditer :   Il est important, de rechercher et mettre en œuvre les conditions pour vivre dans un environnement à pollution électromagnétique aussi réduite que possible.  L’action d’un dispositif de compensation n’élimine jamais le rayonnement du CEM artificiel dont on veut se protéger. Patrice Goyaud, Physicien et Ingénieur retraité de EDF/RTE spécialiste du fonctionnement des réseaux électriques   Patrice Goyaud - Robin des toits
Texte à méditer :   Réveillons-nous ! Pour vaguement rivaliser avec la puissance de mémoire, la vitesse de pensée, l'analyse complexe insaisissable de notre petit cerveau, la richesse créative de notre esprit, les surprises incessantes que notre vie mentale crée, notre apprentissage permanent tous azimuts, il faut des quantités astronomiques de tonnes d'extraction de matière, des Terawatts d'électricité... Mais j'en vois déjà autour de moi qui auraient déjà bien besoin d'une...voiture autonome...   Julien Constant
Vous êtes ici :   Accueil » Gaz : + 7,45 % au 01/07/2018
    Imprimer la page...

Gaz : + 7,45 % au 01/07/2018

Le_Monde.fr.jpgLe_Monde-economie.fr.jpg

Pourquoi les tarifs du gaz augmentent de 7,45 % au 1er juillet

Pour un ménage moyen se chauffant au gaz, cette hausse se traduira par un surcoût d’environ 90 euros par an sur sa facture

LE MONDE ECONOMIE |  • Mis à jour le  |

LeMonde-2018_06_29_gaz_augm.png

Le gouvernement a tranché : à partir du 1er juillet 2018, les tarifs du gaz vont augmenter de 7,45 %. C’est la plus importante hausse depuis six ans pour les consommateurs. Pour un ménage moyen se chauffant au gaz, cette hausse se traduira par un surcoût d’environ 90 euros par an sur sa facture.

C’est un paradoxe : les ressources en gaz n’ont jamais été aussi abondantes et accessibles sur la planète, mais les tarifs payés par les 11,5 millions de consommateurs français vont continuer à augmenter. Après une période de très forte hausse en 2012, ceux-ci avaient fortement baissé en 2015 et 2016, avant de remonter progressivement.

La Commission de régulation de l’énergie (CRE) avait proposé à la mi-juin au gouvernement d’augmenter les tarifs de 6,5 %. L’exécutif a donc choisi d’aller plus loin.

Flambée des prix du pétrole

Trois raisons expliquent cet alourdissement de la facture des ménages. D’abord, la hausse des coûts d’approvisionnement : le gaz est acheté en partie sur des marchés de gros, dont les prix varient en fonction des contingences géopolitiques et des fluctuations du marché. La complexe formule de calcul de ces coûts dépend en partie des prix du pétrole, qui se sont envolés ces derniers mois.

C’est la hausse des prix du gaz sur les marchés de gros qui a poussé le gouvernement à décider d’un relèvement aussi important. « Cette année, les coûts de fourniture du gaz naturel sont en augmentation sensible, notamment du fait de la hausse du prix du gaz naturel sur les marchés, dans le contexte de l’envolée de ceux des produits pétroliers », a expliqué le ministère à l’Agence France-Presse.

Mais ce n’est pas la seule raison. La CRE a également justifié sa proposition par l’augmentation du coût des infrastructures, en particulier dans le transport, le stockage et la distribution, le réseau français ayant connu d’importants investissements ces dernières années. Le réseau de transport de gaz, GRTgaz, a ainsi investi 600 millions d’euros par an sur dix ans pour moderniser ses infrastructures.

L’installation du compteur communicant de gaz Gazpar, mis en œuvre par le réseau de distribution GRDF, est également intégrée dans ces coûts. Tout comme la mise en place en début d’année de nouvelles règles pour le stockage de gaz, essentiel pour pouvoir assurer un passage de l’hiver sans encombre.

Fin des tarifs réglementés

A cet ensemble de facteurs, s’ajoute aussi une logique propre aux tarifs réglementés, qui sont aujourd’hui presque exclusivement commercialisés par Engie (ex-GDF Suez). Ils sont censés refléter les coûts de commercialisation de l’énergéticien. Ils sont en augmentation, même si la CRE a demandé à Engie de fournir des « efforts supplémentaires (…) afin de limiter la hausse des coûts commerciaux ».

Pourtant, ces tarifs vivent un curieux moment : ils sont appelés à disparaître. Le Conseil d’Etat a estimé, à l’été 2017, qu’ils étaient en contradiction avec le droit européen de la concurrence, à la grande satisfaction des concurrents d’Engie.

Près de 5 millions de ménages sont toujours clients d’Engie aux tarifs réglementés de vente (TRV), définis par l’Etat, alors que plus de 6 millions ont basculé sur des offres moins chères, chez Engie ou chez des concurrents, comme ENI, Total Spring ou EDF. Mais ces offres alternatives sont très souvent indexées sur les TRV. Une augmentation de ces tarifs touche donc une très grande partie des clients du gaz en France.

Les fournisseurs alternatifs de gaz espéraient que ces tarifs disparaissent rapidement, mais l’exécutif en a décidé autrement : ils ne s’effaceront, progressivement, que d’ici à 2022. Et de nombreux détails manquent sur la manière dont le gouvernement entend les supprimer.

Certains concurrents d’Engie en ont profité pour dénoncer une nouvelle fois les tarifs fixés par l’Etat. « Cette nouvelle hausse montre encore que les tarifs réglementés de vente ne protègent pas le consommateur », a ainsi estimé Daniel Fava, le président d’ENI France, deuxième fournisseur de gaz aux particuliers après Engie.

Hausse de la fiscalité

Cette augmentation s’ajoute à des hausses précédentes cette année, particulièrement celle de janvier, qui visait à intégrer dans les tarifs la taxe intérieure de consommation sur le gaz naturel (TICGN), en hausse de 44 %. Cette hausse, votée par le Parlement en 2017, va se poursuivre pendant les cinq prochaines années, pour atteindre 172 % d’augmentation cumulée en 2022.

Cette taxe finance notamment le chèque énergie de 150 euros, destiné aux 4 millions de foyers les plus modestes. Elle augmente également après la hausse importante de la contribution climat-énergie, autrement appelée taxe carbone, qui est l’une de ses composantes.

« Pour un certain nombre de ménages, c’est déjà trop élevé, et pourtant, la facture continue d’augmenter », déplore Nicolas Mouchnino, chargé de l’énergie à l’UFC-Que choisir. Les associations de consommateurs recommandent à ces derniers de privilégier des offres à taux fixe, sans variation pour une période donnée. « Mais il faut aussi intégrer le fait que les tarifs de l’électricité ou du gaz vont continuer à augmenter et que les consommateurs ont intérêt à réduire leur consommation. Pour cela, l’Etat doit améliorer les financements de la rénovation énergétique », estime M. Mouchnino.

Les associations de consommateurs s’inquiètent aussi pour les foyers modestes. L’Observatoire nationale de la précarité énergétique (ONPE) estime que 6 millions de ménages sont dans une situation de précarité, et la hausse des tarifs pourrait peser l’hiver prochain et effacer le bénéfice du chèque énergie.

La hausse du 1er juillet pourrait donc rapidement prendre un tour politique. « On nous avait promis “ni augmentation ni privatisation du gaz”. Nous aurons les deux ! », a immédiatement réagi sur Twitter l’ancien candidat souverainiste à la présidentielle, Nicolas Dupont-Aignan.


Date de création : 08/08/2018 20:11
Catégorie : Quelles économies ? - Quelles économies ?
Page lue 2005 fois

Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !